Vous êtes ici

L’éducation aux médias numériques

L’éducation aux médias numériquesdes élèves adolescents ayant une déficience intellectuelle et/ou un trouble du spectre de l’autisme

Cette recherche a pour objectif de décrire les désirs et les usages de ces adolescents ainsi que les pratiques éducatives par lesquelles les enseignants les accompagnent dans leur éducation aux médias numériques.

  • En effet, la très large diffusion des outils et usages des médias numériques les plus variés a créé dans nos sociétés un nouveau contexte au sein duquel naissent les nouvelles générations. Ces outils et usages forment des dispositifs (Paquienséguy 2007) que les plus jeunes apprennent à utiliser spontanément ce qui les a fait dénommer « digital native » (Prensky, 2001) ou « génération Y » (Rollot, 2012 ; Gire et Granjon, 2012 ; Mercklé et Octobre, 2012).
  • Pour autant, l’école ne saurait se dispenser de promouvoir une véritable éducation aux médias numériques afin de développer une citoyenneté éclairée et participative, en particulier pour les plus vulnérables de ses élèves.
  • Or, les élèves ayant une déficience intellectuelle et/ou un trouble du spectre de l’autisme sont moins habiles que leurs pairs à s’approprier ces dispositifs (Quidot, Poirier et Dagenais, 2012 ; Coavoux, 2012 ; Gire et Granjon, 2012). Pour autant, on peut supposer qu’ils en ont un égal désir et quoi qu’il en soit le même droit.

Cette recherche exploratoire a pour originalité de chercher à spécifier pour un public au sujet duquel, en ce domaine, peu de données ont été produites, ce qu’il en est de son éducation aux médias et à la littératie numérique et des usages qu’il est à même d’en faire, en particulier dans une visée de participation sociale. Il s’agit de comprendre quelle place les enseignants accordent à cette préoccupation et quels moyens ils témoignent mettre en œuvre à cette fin.

  • Elle permettra de mettre au jour des pistes pour la diffusion et l’amélioration des pratiques dans ce domaine de formation au bénéfice d’un public qui en est jusqu’alors semble-t-il largement écarté et ce faisant d’améliorer l’un des aspects de sa participation sociale.
  • Par ailleurs, elle permettra de documenter scientifiquement ce qu’il en est d’une éducation aux médias largement prescrite et parfois étudiée concernant la population jeune en général mais ne tenant pas compte des particularités inhérentes aux allures d’apprentissage spécifiques des adolescents DI/TSA et de son incidence sur les pratiques enseignantes en ce domaine.