You are here

Le PIan d'Intervention Adapté

 

Le Plan d'intervention Adapté dans les textes.
Selon l’article  96.14. de la Loi sur l’instruction publique : Le directeur de l'école, avec l'aide des parents d'un élève handicapé ou en difficulté d'adaptation ou d'apprentissage, du personnel qui dispense des services à cet élève et de l'élève lui-même, à moins qu'il en soit incapable, établit un plan d'intervention adapté aux besoins de l'élève.
La collaboration et la concertation sont des aspects centraux du cadre de référence pour l’établissement des plans d’interventions (Gouvernement du Québec, 2004). Lors des rencontres avec les participantes à cette recherche, ces pratiques de collaboration mises de l’avant semblent bien souvent peu effectives. La présente section permet de dresser le portrait de l’élaboration et de l’utilisation des plans d’intervention dans cette école, en fonction des propos recueillis tout au long du projet de recherche.
Lors des discussions autour des pratiques de collaboration au début de projet de recherche, le processus du PIA est évoqué par les participantes comme posant particulièrement problème. Les faits saillants du portrait dressé sont les suivants :

 

Les obstacles perçus

Les participantes indiquent que le PIA devrait être un « plan de match pour l’année ». Cependant, malgré toute l’importance accordée au PIA, des difficultés sont rencontrées dans l’implication des différents acteurs autour de cet outil, dans l’élaboration du PIA, ainsi que dans son suivi. Ainsi, alors que le PIA pourrait s’avérer un outil essentiel dans le quotidien de l’élève, pour plusieurs il semble avoir perdu sa raison d’être et s’avérer peu utile. Le tableau suivant reprend l’essentiel des problématiques soulevées dans la suite du projet de recherche.

 

  • TES au régulier fait jusqu'à 8 PIA en collaboration avec la direction du secteur (sec. 2), mais l'évaluation initiale se fait en équipe. Des moyens sont élaborés dans ces PIA, mais leur mise en place par les enseignants n'est pas évidente et il est difficile d'assurer le suivi.
  • Le suivi n'est généralement pas fait et il est suggéré qu'il y ait au moins 2-3 rencontres par année.
  • On rencontre des difficultés de communication et dues au manque de temps même si des personnes compétentes sont en place. Il y a bien quelques cas dans lesquels la collaboration fonctionne (avec le CRDI).
  • Les objectifs sont surtout comportementaux.
  • Pour certains élèves, le PIA précédent est simplement reconduit par manque de temps et d’argent.
  • Il n’y a pas de libération pour les enseignantes pour faire les PIA.
  • Le financement autrefois dédié n'est plus donné : les ressources sont concentrées au primaire, et surtout pas en adaptation scolaire. L'argent de la stratégie « Agir Autrement » n'y est plus et ça fait toute une différence. La collaboration était facilitée quand il y avait ce financement.
  • Implication et participation des parents : le suivi à la maison n'est pas souvent fait. La coordination avec les ressources du CLSC est difficile. Les parents vivent des difficultés dans le parcours scolaire de leur enfant depuis le primaire.

 

 

 
 

  Extraits de verbatim 

 

C’est n’importe quoi ce qui est écrit dans le plan. C’est des plans de l’an passé et ils ont juste changé la date.
On a reçu un message. Allez-voir vos PI ils sont à tel endroit dans le système informatique si ajustements, commentaires, changements, écrivez-les et la secrétaire va modifier.
ENSEIGNANTE CPT   : ben en fait c’pasque souvent quand ben quand on fouille dans les dossiers d’aide là souvent t’as euh le plan d’intervention de sixième année mettons secondaire un sixième année c’tait l’même cinquième année c’tait l’même quatrième faque tsé on reconduit d’année en année sans comme réévaluer […] c’est comme si le plan d’intervention avait perdu sa raison d’être c’est que avec toutes les coupures avec toutes les manques de temps c’est comme tsé oui le gouvernement pour être correct avec la loi y nous d’mande un plan d’intervention ben on va y en faire un papier on signe un papier pour avoir la subvention

2 :04 :00 : des parents ont appelé pour dire le PI ça ne fonctionne pas, c’est pas les bons noms (noms de l’année précédente).
2 :07 :00 jamais on ne pose la question à l’élève ton objectif à travailler selon toi? Qu’est-ce qui va t’aider dans les moyens?

ENSEIGNANTE RELATION   : avec le dossier qu’on de l’élève qu’on a déjà on r’garde c’qui a déjà été fait euh c’est ça on on a quand même laissé passé un peu d’temps on a pas faites ça en rentrant au mois d’août là on a la on apprend à les connaître c’est sûr qu’à sept élèves ça va vite on voit vite c’qui a aussi à travailler faqu’on les a faits je l’sais pas moi début octobre peut-être
[…]
ENSEIGNANTE RELATION   : euh ben on a pas fait les sept là d’un coup tsé on prenait une période là tsé quand les élèves étaient en éducation physique quoique ce soit
ENSEIGNANTE CPT   : toi en une période tu en fais-tu un
ENSEIGNANTE RELATION   : ah oui facilement plus qu’un j’pense on peut en faire au moins deux par période

Directrice adjointe : y en a qui s’impliquent beaucoup pis qui suivent vraiment si euh on leur dit comment ça fonctionne à l’école pis qu’c’est très ça marche vraiment par cédule pis qu’c’est très que l’enfant a toujours euh son horaire savoir qu’est-ce qui fait à 10 heures qu’est-ce qui fait à 11 heures ben on demande que ça soit fait à la maison aussi pour assurer le suivi pis y a des parents qui l’font vraiment bien pis qui nous tiennent au courant d’l’horaire d’l’enfant à la maison pis y en a d’autres qui euh suivent pas du tout les recommandations pis que c’qui s’passe à l’école c’est à l’école c’qui s’passe à la maison c’est à la maison faque on l’sait pas faque c’est sûr que y a des parents qui s’impliquent beaucoup pis d’autres pas du tout

TES : c’est plus moi suite à mes observations pis avec l’enseignant c’qu’on voit qui fonctionne pas c’qui est à travailler là j’vas monter des objectifs on s’rencontre après ça avec la direction les enseignants ensuite de ça ben l’parent est tout l’temps invité à cette rencontre-là aussi  […] faque on signe tout ça pis on l’met en application à partir de là

ENSEIGNANTE CPT   : moi j’ai rien signé pis j’ai des cas tellement lourds j’fais juste vous dire j’ai eu aucun plan d’intervention j’ai rien eu à signer j’ai été consultée sur rien on est au mois d’avril

L’autre chose, ce qui a été soulevé souvent c’est que oui, on fait des PI qui sont en fait prévus par la Loi, qu’on doit faire mais que on utilise pas ici. Parce que le PI est fait, est déposé au dossier. Des fois on le fait en fin d’année parce qu’on est obligés de le faire mais tse le but premier d’un PI c’est d’avoir tout le monde, d’intervenir tout le monde en collaboration dans le même sens, mais là comme les PI sont faits à la fin de l’année par une seule personne souvent ben ça l’a perdu sa raison d’être, c’est lourd.
Malgré les problématiques soulevées, les participantes croient en l’importance du PIA et sont d’avis que celui-ci peut servir de vecteur de collaboration. C’est ainsi que différents souhaits et suggestions ont été faits pour améliorer l’usage du PIA. Des exemples de pratiques gagnantes vécus dans le passé ou actuelles ont aussi été mentionnées.

 

 

L'équipe a soulevé un certain nombre de souhaits.