Vous êtes ici

Accompagnements des enseignants de la Commission Scolaire de la Vallée-des-Tisserands

Dans quelques semaines, seront accessibles des documents visuels et audio en lien avec ce projet pilote et son déploiement au sein d'une région dans l'onglet "les sites des projets".

A la fois dispositif de formation continue sur le terrain, par le biais d’accompagnements des enseignants, et pôle de recherche sur le développement professionnel, ce projet était accessible à tout enseignant de la Commission Scolaire de la Vallée-des-Tisserands qui en faisait la demande et qui travaillait avec des élèves qui ont un trouble du développement (trouble du spectre de l’autisme, dysphasie, déficiences intellectuelles) entre septembre 2011 et juin 2013.

Ce dispositif a soutenu les enseignants dans leur cheminement professionnel en leur proposant un espace pour vivre la parole dans tout ce qu’elle est de réflexif et de dialogique.

Ayant ainsi vécu une première appropriation de l’élaboration de son activité par la parole et par le partage d’expérience, les enseignants étaient plus à même de définir un projet collectif du type « communauté d’apprentissage ». Aucune intervention n’est pré-déterminée, les projets sont co-construits entre l’enseignant de la classe et les chercheures qui l’aident à déterminer les objectifs d’apprentissage pour l’élève et les modalités éducatives pour les atteindre. La chercheure est présente dans la classe, pour observer, agir et aider à l’analyse réflexive.

Ce dispositif innovant visant à accompagner des enseignants sur leur lieu de travail, afin de favoriser les apprentissages des élèves de leurs classes a ensuite été déployé durant deux ans au sein de la Montérégie sous une modalité connexe afin que les conseillers pédagogiques puissent faire le lien avec les milieux.

Dans le projet pilote et ceux de son déploiement par Sylvie Normandeau, les approches éducatives utilisées sont dites « interactionnelles" elles s’inscrivent exclusivement dans le programme de formation (programme du ministère). Les orientations théoriques des chercheures sont essentiellement basées sur l’anthropologie du langage, les approches interactionnelles (Floor Time et Hanen) et la clinique de l’activité.